La pleine lune n'accroît pas la fréquence des troubles psychologiques.

Crédit: NASA/JPLContrairement à la croyance populaire, il n'existe aucun lien entre les phases de la lune et la fréquence des troubles psychologiques. C'est la conclusion à laquelle arrive une équipe de chercheurs supervisée par Geneviève Belleville, professeure à l'École de psychologie de l'Université Laval, après avoir examiné la relation entre les cycles lunaires et le nombre de patients qui se présentent aux urgences des hôpitaux en proie à des problèmes psychologiques. Adapté de techno-science.net par Marc-André Paradis,Aster
   
   

 

TOP